Join E-Team
  Sign In
Your account for all things Primal.

Don't have an account? Join Now

Forgot your password?
Create an Account
Register to use convenient features and quick checkout.

Already have an account? Login.

Reset Password
Enter your email to receive instructions on how to reset your password.

Or return to Login.

Join the E-Team & get 25% off

* Valable uniquement pour les nouveaux inscrits et s'applique aux inscriptions. prix des articles seulement.


Recently Added
Championnats d'Europe de cross-triathlon de l'ETU

Championnats d'Europe de cross-triathlon de l'ETU


Championnats d'Europe de cross-triathlon de l'ETU

Je suis entré dans ma dernière course de 2018 avec des sentiments très mitigés. J'avais tellement mis en forme pour Xterra Taiwan suite à ma blessure que je n'étais pas seulement fatigué physiquement, mais aussi vraiment besoin d'une pause mentale de la course! Mais comme c'était la dernière course de la saison, il n'y avait plus d'occasions de prouver que j'étais de retour dans le match, donc j'étais déterminé à terminer avec un bon résultat. Et honnêtement, autre chose que gagner n’aurait pas été assez bien pour moi!

Nous sommes allés à Ibiza une semaine avant la course. Je faisais aussi le Cross Duathlon 2 jours avant le cross triathlon, ce qui semblait devenir de plus en plus une mauvaise idée à mesure qu'on se rapprochait de la course. J'avais tellement peur que mon corps ne tienne pas jusqu'à 2 courses dans un laps de temps aussi court et que je ruinerais mes chances d'un bon résultat dans le trio. Avec peu d'occasions d'enfiler la combinaison d'élite GB, j'ai mis mon visage courageux et je l'ai continué. Le plan était de rester stable et de s'amuser. Ce n'était pas amusant! Je déteste le duathlon, je déteste ne pas gagner, je déteste ne pas tout mettre absolument dans une course et je détestais avoir l'impression de laisser tomber tous ceux qui étaient venus soutenir l'équipe GB! Je détestais encore plus cela même si je savais que je ne poussais pas autant que je pouvais, cela me paraissait toujours sanglant. En conséquence, ma confiance en a pris un très gros coup et moi (et Doug) avons dû passer la majeure partie de mercredi à me convaincre que je n’étais pas terrible au triathlon!

Passons au Cross Triathlon! La seule chose qui m'empêche de m'allonger sur la plage - un peu de nage, de vélo et de course! Mes jambes résistaient bien au duathlon et je pense que cette course m'a fait du bien! M'a réveillé un peu d'un cône qui semblait durer éternellement!

Mon plan était simple: sortir dur sur la nage, aller à l’avant sur le vélo si je ne l’étais pas déjà et vider le réservoir en courant!

Alors ma course s'est un peu déroulée comme ça

J'ai tout de suite réussi à avoir de l'eau claire mais j'ai très vite réalisé qu'il y avait un groupe de 3 autres filles très proches derrière. Je n'avais pas fait de progrès pour m'échapper, alors j'ai reculé et me suis assis. Sur la plage et ces filles ont couru si vite en transition. J'ai pris mon temps, je me suis assuré de ne pas commettre d'erreurs et je me suis composé pour faire un gros effort sur la moto.

Le parcours était assez plat, sec et rocheux. La clé d'un split vélo rapide serait de rester détendu sur les rochers, de choisir de bonnes lignes et de garder la puissance! J'avais des pneus neufs pour cette course, Vittoria AKA dans un 2.2. Roulement rapide, léger mais aussi assez résistant à la perforation sur terrain rocheux. Je dirigeais également un Avion de ligne Vittoria dans mon pneu arrière, ce qui m'a donné une plus grande tranquillité d'esprit lors de la conduite à travers les sections rocheuses techniques. Je me suis dirigé assez tôt vers l'avant et je me suis mis à consacrer du temps au reste du peloton. Mon mantra était que si vous ne respirez pas fort, vous devez essayer plus fort. Pas de recul nulle part, rouler comme à travers vous poursuivez sans mener! Cela a plutôt bien fonctionné pour moi et j'ai atteint T2 avec 90 secondes d'avance sur 2nd positionner.

J'étais plutôt content de l'écart, mais je savais que je ne pouvais pas me détendre. Il y avait des coureurs très rapides sur le terrain que je n’avais jamais courus auparavant, alors je ne savais pas si cela suffirait. J'ai commencé à courir et je ne me sentais pas particulièrement bien. Peut-être avais-je vidé le réservoir trop tôt!? Mais c'était un parcours lent, une traînée de montée et de descente technique. Aussi très lâche et rocheux sous les pieds, il est impossible de courir «vite». Au moment où je suis arrivé à mon deuxième tour de course, j'ai commencé à me sentir un peu mieux, je pouvais voir quelques athlètes de plus sur le parcours (certains de la course masculine, des athlètes ayant fait un tour) et j'ai réalisé que je courais plutôt bien! Il est difficile d'évaluer à quel point vous vous déplacez quand il n'y a personne d'autre autour de vous!

J’ai continué à pousser jusqu’à l’arrivée. Je ne me laisse jamais reculer ou je ne pense pas avoir gagné une course avant de franchir cette ligne d’arrivée parce qu’on ne sait jamais jusqu’à ce que ce soit fait! Peut-être qu’un jour je me souviendrai de me détendre et profiter de courir sur le tournage d’arrivée. Mais pas cette fois, j’avais 3 minutes à perdre mais je me suis quand même retrouvé à sprinter jusqu’à l’arrivée à partir de 400m en paniqué que j’avais peut-être quelqu’un juste derrière moi !

Je l’avais fait cependant, champion d’Europe de triathlon cross. Merci beaucoup à tous ceux qui m’ont soutenu et cru en moi. Je n’aurais pas pu le faire sans toi !