Join E-Team
  Sign In
Your account for all things Primal.

Don't have an account? Join Now

Forgot your password?
Create an Account
Register to use convenient features and quick checkout.

Already have an account? Login.

Reset Password
Enter your email to receive instructions on how to reset your password.

Or return to Login.

Join the E-Team & get 25% off

* Valable uniquement pour les nouveaux inscrits et s'applique aux inscriptions. prix des articles seulement.


Recently Added
Cape to Cape - le journal de Jonas Deichmann - Jour 1-25

Cape to Cape - le journal de Jonas Deichmann - Jour 1-25


Les cyclistes extrêmes Jonas Deichmann et Philipp Hympendahl partent! 18.000 km du Cap Nord en Norvège à l'extrémité sud de l'Afrique et tout cela sans support. L'objectif est de moins de 75 jours - un mois entier de plus que le précédent record du monde.

Ils ont commencé le 8 septembre 2019 et produiront un film-documentaire avec le cinéaste Pål Laukli qui coûtera environ 10.000, - €.

L'ensemble de plus de 10 000 € seront reversés à l'organisation Oro Verde.
L'organisation de secours s'occupe de la préservation de la forêt tropicale et a divers projets en Afrique et en Amérique latine.

Tout financement nous aidera à motiver d'autres personnes pour le sport et aidera OroVerde dans leur lutte pour la protection des forêts tropicales.

 

 

Jour 1: Un départ incroyable à Cape North. Un ciel parfait et pas une personne seule car nous avons vérifié les heures d'arrivée des bus touristiques avant. Un peu de retard dû à des problèmes de dernière minute, nous sommes donc partis à 9h45. La Route longeait de façon spectaculaire l'océan Arctique avec beaucoup de collines et de vents contraires. Seulement 186 km mais une merveilleuse journée à vélo.

Jour 2: Nous partons avant 6 heures du matin et nous nous éloignons de la côte. Les rennes traversent constamment la route et nous essayons depuis longtemps de faire une belle photo avec eux. La route mène maintenant à travers un désert complet. Des forêts, des lacs et des rivières sans fin et très peu de monde. Avant le déjeuner, nous atteignons la frontière avec la Finlande et sentons immédiatement que les Finlandais construisent des routes un peu différemment. Ils ne construisent pas de courbes, mais directement à travers les collines. Progression lente mais belle nature sauvage. La nuit, nous trouvons une rivière et faisons un feu de camp sur la plage

 

 

 

Jour 3: Le vent de face continue alors que nous roulons à travers des collines sans fin. Nous sommes surpris par la météo du t-shirt qui rend le vent plus supportable. Nous nous sentons tous les deux très forts et nous nous relions dans le vent. Dans la soirée, nous traversons le cercle polaire arctique et atteignons Rovaniemi, la seule véritable ville du nord de la Finlande. 290 km contre le vent, ça fait du bien d'être sur la bonne voie.

Jour 4: Départ tardif à 8 heures du matin car nous avons été très fatigués après l'arrivée tardive de la veille. Nous disons au revoir à notre cinéaste Pål qui était avec nous depuis trois jours. A midi, nous quittons la route principale pour prendre un raccourci. J'avais regardé toutes les routes finlandaises sur les cartes avant pour m'assurer qu'elles sont goudronnées, mais après 10 km, elles se transforment en gravier. Progression plus lente mais belle route à travers forêt et lacs. En raison de la lenteur, nous manquons l'heure de fermeture du supermarché et arrivons à 22 heures dans un petit village. On ne trouve rien d'ouvert mais au petit hôpital, l'infirmière de nuit nous invite à la cantine et apporte du pain. Quelle belle hospitalité. À côté de l'hôpital, nous trouvons une véranda d'un bâtiment d'entrepôt et y dormons.

 

 

 

Jour 5: Départ très tôt et 60 km sans petit déjeuner jusqu'à la prochaine ville. Après le petit déjeuner, il commence à pleuvoir fortement avec un fort vent de face. Nous poussons pendant quelques heures jusqu'à ce que nous trouvions une station-service. Philipp souffre des conditions et a besoin de se réchauffer. Nous continuons sous la pluie pendant encore 60 km jusqu'à la petite ville de Juuka où nous trouvons un toit devant un magasin et dormons en dessous. Ses 290 km de la Russie maintenant et nous espérons de meilleures conditions demain pour faire un coup de pouce à Svetogorsk.

Jour 6: Nous commençons à 6 heures du matin un matin froid et pluvieux. Rapidement, la route se transforme en gravier et ralentit la progression. Nous avons maintenant atteint le district des lacs finlandais et il y a un grand lac après l'autre. Dans l'après-midi, le vent tourne enfin et nous avons le premier vent arrière depuis le cap Nord. Nous continuons à pousser dans l'obscurité pour entrer en Russie et atteindre la frontière à 22 heures. Heureusement, le passage de la frontière est rapide et juste derrière nous trouvons un hôtel décent dans la ville industrielle de Svetogorsk. 298 km en plus de 12 heures à vélo.

 

 

 

 

Jour 7: Départ tardif à 7h30 car nous sommes essayés dès l'arrivée tardive et ne voulons pas manquer le petit déjeuner de l'hôtel. Les 40 premiers kilomètres parcourent une petite route avec une construction de route après l'autre. Le stop and go constant et le gravier. Cependant, une fois que nous atteignons la route principale, nous obtenons des conditions parfaites. Tarmac lisse, ensoleillé de 15 degrés et fort vent arrière qui nous pousse à 40 km vers Saint-Pétersbourg. J'étais préoccupé par la traversée de la ville mais cela s'avère super facile. Conducteurs prudents, routes lisses et bon passe cycliste. C'est vraiment différent des villes que je connais pour avoir traversé la Sibérie il y a deux ans. En sortant de Saint-Pétersbourg, nous nous arrêtons rapidement au bureau de mon sponsor Tool le groupe Hoffmann. Ils ont préparé une super réception et 20 personnes sont venues un samedi soir. Merci! Nous continuons encore à parcourir 60 km et nous nous arrêtons dans un hôtel. À la recherche de nourriture, nous sommes entraînés dans une fête d'anniversaire. Les Russes savent vraiment comment faire la fête, mais après une heure, nous nous disons au revoir pour dormir un peu.


Jour 8: Terrible journée sur le vélo. Forte pluie constante, vent de face et froid le long de la route la plus fréquentée de Russie. Nous avons suivi la route de Moscou car il n'y a tout simplement pas d'alternative. Les camions et les voitures passent aussi constamment à courte distance et à grande vitesse. Le bruit et la tension constante dus au danger sont mentalement difficiles. Après 200 km, nous nous arrêtons tôt dans un hôtel car le risque de tomber malade est tout simplement très élevé. Nous sommes maintenant à 450 km de Moscou, impatients de passer des temps plus calmes et plus chauds.

 

 

 

Jour 9: Les terribles conditions d'hier continuent mais au moins un vent arrière. Je me sens un peu malade après le froid d'hier et Philipp souffre depuis une semaine. On pousse fort jusqu'à midi avant de s'arrêter pour le déjeuner et une petite pause pour se réchauffer. Ça fait du bien d'être hors de la route pendant quelques minutes car le trafic constant est difficile à supporter. Beaucoup de gens m'ont demandé avant le voyage si j'avais peur des pays d'après-guerre que nous traversons et j'avais toujours répondu que les autoroutes russes étaient ma plus grande préoccupation. Jusqu'ici j'avais raison. Sous la pluie battante, nous poussons dans l'obscurité et trouvons un hôtel calme - à bonne distance pour traverser Moscou demain.


Jour 10: Nous commençons à Moscou sous de fortes pluies. L'autoroute à six voies n'a que 30 cm d'accotement et les camions passent à pleine vitesse. À midi, le rétroviseur d'un camion me heurte l'épaule. Je suis indemne mais il est difficile de se concentrer lorsque vous vous échappez de quelques centimètres. Dans la ville de Dennis, un cycliste local nous rencontre et nous guide le long des meilleures voies sur les 10 voies rapides vers la Place Rouge. Nous nous arrêtons au Kremlin pour quelques photos et dans un magasin de vélos pour l'entretien car le dérailleur Philipps a eu des problèmes, puis sortons de la ville la nuit. En périphérie, nous nous arrêtons à Burger King et trouvons un hôtel.

 

 

 

 


Jour 11: Nous sommes partis sur la rocade à 10 voies de Moscou. Après 10 km, nous prenons l'autoroute en direction de la mer Noire et le trafic diminue immédiatement. Il y a une large épaule et un tarmac lisse, la meilleure condition que nous ayons eue depuis la Finlande. Nous parcourons en moyenne 35 km / h jusqu'à atteindre un croisement à midi et tourner vers Volgograd. La route est étroite sans accotement et les camions lourds passent à pleine vitesse. Nous voulions rester sur cette route pendant 900 km mais après 20 km nous décidons qu'elle est trop dangereuse et repartons vers l'autoroute de la mer Noire. Nous allons maintenant suivre cette route jusqu'à Rostov, puis fusionner à nouveau notre ancienne route en Tchétchénie. Nous continuons le long de l'autoroute sous une pluie battante jusqu'à ce que nous trouvions un motel en bordure de route la nuit.


Jour 12: Nous partons au lever du soleil pour une autre longue journée sur l'accotement d'une autoroute à grande vitesse. Nous sommes confrontés à de forts vents de travers et de collines toute la matinée jusqu'à ce que la route vire un peu à l'est et que le vent s'améliore. Il y a des pièces métalliques et de la saleté des camions dans l'épaule qui pénètrent dans la transmission et les pneus. Au déjeuner, je sors 3 fils de mes tubes que mon lait tubeless a miraculeusement scellé. Philipp laisse tomber son téléphone pendant un
petite réparation. Nous espérons pouvoir résoudre ce problème demain. Dans l'après-midi de fortes pluies Redémarre cinq jours maintenant et je me souviens à peine de ce que ça fait de faire du vélo avec des chaussures sèches. Dans la soirée, nous approchons de Voronej, une grande ville industrielle. Nous avions prévu d'y dormir mais la circulation devient très mauvaise et nous décidons qu'il n'est pas sage de rouler la nuit. Nous luttons pour maintenir notre vitesse dans ces conditions… 4 de plus
jours et nous sommes enfin hors de Russie.

 

 

 

 


Jour 13: Dans la matinée, nous nous rendons à Voronej pour réparer le téléphone de Philipps et faire l'entretien du vélo. C'est une grande ville industrielle et nous perdons beaucoup de temps à traverser. A 13 heures, nous sommes enfin de retour sur l'autoroute et poussons sans arrêt jusqu'à atteindre Pawlows au dernier feu. Nous nous sentons toujours forts et aurions facilement poussé plus loin mais c'est trop dangereux. 1.000 km de plus et nous sommes hors de Russie et jusqu'à
la vitesse.


Jour 14: Nous sommes partis à 4 heures du matin et nous avons gelé 3 degrés. Nous savons que demain des vents très forts de la mer Noire arrivent et que nous voulons gagner le sud avant. Nous allons vite sur l'épaule lisse et faisons des arrêts minimum. A midi, nous avons déjà parcouru 200 km dans des conditions de cyclisme parfaites lorsque de fortes pluies commencent. Le trafic est devenu moins important et le trajet est relativement sûr, mais nous décidons de ne pas rouler de nuit. Juste au dernier jour, nous trouvons un motel après 314 km.

 

 

 

 


Jour 15: Nous commençons à 4 heures du matin et poussons fort jusqu'à ce que nous atteignions le tournant vers l'Est. Peu de temps après, le vent souffle avec une telle force de côté que nous sommes très heureux d'avoir fait la poussée. Nous aurions combattu le vent avec 10kmh. Les vents de travers ne sont pas non plus une bénédiction car nous luttons pour contrôler le vélo dans le paysage de steppe vide. La route est maintenant beaucoup plus calme, la première fois que nous pouvons
en quelque sorte profiter un peu de la Russie.


Jour 16: Un grand changement aujourd'hui alors que le paysage se transforme en collines et que les gens deviennent eux aussi différents. Le vent est à nouveau un vent traversier pénible mais nous roulons sans arrêt jusqu'à ce que nous atteignions la plus grande ville de Stavropol après 160 km. Peu de temps après, nous retournons sur une autoroute sans accotement et il fait noir. Heureusement, nous trouvons un restaurant où le propriétaire nous laisse dormir par terre. Le sommeil est mauvais cependant car certains invités ivres crient toute la nuit et nous réveillent même pour nous inviter à prendre de la vodka.

 

 

 

 


Jour 17: Nous avons dormi à la fois horribles et sommes très fatigués en partant. Il fait déjà chaud à 5 heures du matin et nous sentons que nous sommes dans un climat différent. Toute la journée, nous remarquons le conflit dans cette partie du monde. Des contrôles et des points de contrôle militaires, de police à intervalles réguliers mais ils ne nous intéressent pas. Après le déjeuner, nous prenons un
sieste rapide. Philipp a encore moins dormi la nuit dernière et passe une journée difficile. Dans l'après-midi, il y a des collines alors que nous roulons vers les montagnes enneigées. J'ai hâte de faire de l'escalade demain.


Jour 18: Bonjour la Géorgie. Une forte montée aujourd'hui alors que nous traversons le Caucase. J'ai adoré chaque coup de pédale à travers ce magnifique paysage de montagne.

 

 

 

 


Jour 19: Nous traversons la région viticole de Géorgie sur une route plate avec de hautes montagnes des deux côtés. Sa météo parfaite et un vent arrière et nous progressons vite. A midi, nous atteignons la frontière avec l'Azerbaïdjan. C'est notre premier pays islamique et nous apprenons immédiatement à connaître l'hospitalité. Les gens dans les villages et à côté de la route nous sourient et nous font signe. Nous recevons des invitations que nous devons poliment refuser en raison de la pression du temps.
Après 270 km, nous atteignons un petit restaurant et le propriétaire nous laisse dormir à l'intérieur.

Jour 20: Après être partis dans l'obscurité, nous nous arrêtons à une station-service pour le petit déjeuner. Le propriétaire apporte du pain frais, du fromage au beurre et de la confiture. Il est très excité de voir des étrangers et revient même avec des œufs et plus de confitures de sa grand-mère. Quelle grande hospitalité ici. Nous progressons bien mais à midi, la cabine a du mal avec la chaleur. Après 200 km, il y a un gros côté de la construction qui continue sur 50 km. Nous nous attendions à atteindre Bilasuvar à 17 heures, mais nous n'y arrivons que la nuit car les progrès sont très lents. En espérant
pour de meilleures routes en Iran.

 

 

 

 

 

Jour 21: Nous commençons tôt et arrivons à la frontière avant midi. Malheureusement, la frontière est complètement vide du côté azerbaïdjanais et le garde dort. Quand finalement quelqu'un prend soin de nous, il n'est pas
dépêchez-vous du tout. Du côté iranien, c'est complètement différent. Deux grandes lignes alors que les hommes et les femmes sont séparés et nous n'avons aucune idée d'où viennent tous ces gens. Tout est vérifié et nous passons enfin. Nous poussons fort mais ne parcourons que 200 km lorsqu'il fait noir et que de fortes pluies commencent. J'espère rattraper demain.

Jour 22: Terrible journée sur une quête record. Forte pluie le matin et nous n'atteignons la ville de Rasht qu'à midi. Ici, nous devons obtenir de l'argent, une carte SIM et une réparation de vélo. Les cartes de crédit ne fonctionnent pas en Iran, nous cherchons donc à échanger des dollars sur le marché noir, mais comme personne ne parle anglais, cela prend un certain temps comme la carte SIM. Enfin, au magasin de vélos, le mecha part pour le déjeuner à mi-chemin de la réparation. Ce n'est pas le meilleur endroit pour être pressé. De retour sur nos vélos, nous prenons la route principale en direction de Téhéran jusqu'à trouver une place la nuit après seulement 175 km. Les vols de Shiras au Caire sont réservés pour vendredi prochain,
besoin d'accélérer à travers le désert.

 

 


Jour 23: Nous partons à 4 heures du matin pour rattraper le temps perdu. Lorsque le soleil se lève, nous sommes surpris d'être dans le désert. Hier soir, tout était vert et maintenant ce sont des rochers, du sable et de hautes montagnes. La route monte sur 80 km à travers une vallée jusqu'au col. Après une courte descente, nous atteignons le haut plateau sur lequel nous serons pour le lendemain. C'est un magnifique paysage désertique, de la chaleur et une forte
vent arrière. Nous poussons jusque tard dans la nuit et nous nous arrêtons après 320 km dans un restaurant. Heureusement, le propriétaire nous laisse dormir dans un bâtiment latéral.


Jour 24: Dès le départ, nous montons lentement sur 1.000 mètres. Les montées ici sont très douces mais longues. Quand la chaleur arrive, nous nous arrêtons pour manger et le propriétaire nous donne une pastèque en cadeau. Les gens ici sont très gentils. A midi, le soleil se lève et rend l'escalade désagréable. Philipp se débat
encore une fois, j'espère qu'il pourra trouver une nouvelle énergie le jour du transfert vers l'Égypte. Une fois le col franchi, nous descendons de toute urgence sur près de 100 km avec un fort vent arrière. Nous pédalons à peine et en moyenne 50 km / h. Dans la soirée, nous entrons dans la deuxième plus grande ville d'Iran, Ispahan. 250 km aujourd'hui mais ressemble à une journée de repos. Les prévisions semblent tout aussi bonnes et je suis un peu triste que nos vols au départ de Shiraz ne partent que vendredi. Serait
possible d'être là avant mais maintenant nous devrons profiter de 2 jours faciles à la place.

 

 

Jour 25: Avant de sortir d'Ispahan, nous nous arrêtons à l'hôpital car Philipp voulait un traitement de sa plaie de selle. C'est douloureux mais possible de rouler. Nous sommes donc partis un peu tard dans le magnifique désert. Il y a de grandes montagnes des deux côtés tandis que la route est plate entre les deux. Dans l'après-midi, une tempête de sable nous frappe et il est difficile de
équilibrer le vélo. Nous sommes heureux quand la route tourne et que le vent vient de derrière.