Join E-Team
  Sign In
Your account for all things Primal.

Don't have an account? Join Now

Forgot your password?
Create an Account
Register to use convenient features and quick checkout.

Already have an account? Login.

Reset Password
Enter your email to receive instructions on how to reset your password.

Or return to Login.

Join the E-Team & get 25% off

* Valable uniquement pour les nouveaux inscrits et s'applique aux inscriptions. prix des articles seulement.


Recently Added
Cape to Cape - Journal de Jonas deichman - jours 26 - 50

Cape to Cape - Journal de Jonas deichman - jours 26 - 50


Cape to Cape - Journal de Jonas deichman - jour 26

 

 

Le 26ème jour est le dernier en Iran.Nous partions dans l'obscurité, sur une route déserte, tandis que le soleil traverse les montagnes, nous voyons l'un des lever de soleil les plus impressionnants à ce jour.Nous avons grimpé directement sur 40 km jusqu'au col, à 2000 mètres, et nous avons passé la majeure partie de l'après - midi en descente.La température a encore augmenté et il est difficile de faire du vélo.Après 250 km, nous atteignons Shiraz, la fin du premier segment.Il est temps de préparer des vélos pour le vol de demain au Caire et de faire quelques travaux administratifs pour l'Afrique.Après 6 000 km, je suis très excité par l'Afrique.
Jour 27 transfert au Caire.Nous dormons jusqu'à 8 heures du matin, puis nous restons une heure au petit déjeuner.On a fait nos vélos et un ami iranien, Hussein, nous a emmenés à l'aéroport.Après notre escale à Sharjah, nous avons atterri au Caire à minuit et avons quitté la ville à vélo pour éviter la circulation.L'Afrique arrive enfin.

Jour 28 un ami égyptien hermie rejoint notre premier kilomètre jusqu'à ce que nous atteignions la route du Nil.Les routes sont en mauvais état et la circulation est très dense.La route suit d'abord le Nil.Il est sorti de la vallée et est entré dans le désert.On nous a arrêtés à un poste de police et on a dû attendre une heure.Ils veulent nous forcer à monter dans le camion, bien sûr que non.J'ai appelé hermie, qui a négocié qu'on pouvait monter à cheval, mais avec une escorte.On s'est arrêtés 50 km plus tard.Cette fois, ils veulent nous emmener dans un hôtel pas loin de nous.Hermie nous a encore aidés à négocier une cellule pour nous.Il est libre de partir à 4 h 20.

 

 

Cape to Cape - Journal de Jonas deichman - jour 28

 


Quand la police a parlé à haute voix toute la nuit avec un émetteur radio, nous avons dormi profondément.Au moins, on pourrait partir à 4 h 30 du matin, et ils nous ont apporté de l'eau et des chips pour le petit déjeuner.Nous avons des gardes toute la journée, ils changent à chaque point de contrôle.Heureusement, notre ami égyptien Helmy leur a parlé et ils étaient très amicaux et organisés.Les voitures de police et le personnel sont toujours prêts quand nous arrivons et partons immédiatement.Pas de problème avant la nuit.Le matin, nous avons roulé sous le vent fort dans le désert, à 45 km / h en moyenne, jusqu'à ce que nous retournions dans la vallée du Nil, où les vents étaient plus faibles.Après 308 km, nous arrivons dans une petite ville où nous voulons dormir.La police nous a emmenés au poste de police, pas à l'hôtel.Malheureusement, personne n'est responsable et personne ne veut en assumer la responsabilité.Le processus a duré une demi - heure jusqu'à ce que je trouve Helmy, qui m'a poussé à prendre une décision.Maintenant ils nous escortent à la mosquée locale pour dormir.Le majordome de la mosquée était très amical et nous a apporté le dîner.C'est bon de dormir dans la cellule d'hier.


Le 30ème matin, à 5h, la police nous a escortés le long du Nil.Après 30 km, nous arrivons au premier poste de contrôle, où ils devraient échanger.Malheureusement, le commandant du poste de contrôle Mahmoud dort et personne n'ose le réveiller ou en assumer la responsabilité.Dans 50 minutes, on peut continuer avec une nouvelle escorte.Nous n'avons fait que quelques kilomètres jusqu'à ce qu'un nouveau poste de contrôle soit mis en place avec des problèmes de leadership similaires.J'en ai marre d'appeler notre ami Helmy.Ça a marché et on a roulé en douceur toute la journée.
En dehors de Luxor, la police s'est soudainement retournée et nous avons pu continuer seuls.Il s'agit d'un point chaud touristique qui est clairement considéré comme sûr.Nous continuons le long du Nil jusqu'au village d'Ida, où nous sommes invités à dormir dans la mosquée.Le major et le Conseil municipal sont venus nous offrir du thé.L'hospitalité.

 

 

Cape to Cape - Journal de Jonas deichman - jour 30

 


Le 31e jour, Philip s'est réveillé empoisonné à la nourriture.Nous avons quitté le village à cheval et sommes entrés dans le Sahara immédiatement.Il se sentait faible, mais nous avons continué à monter parce que nous voulions arriver à Assouan avant midi.Deux heures plus tard, nous nous sommes arrêtés devant une cabane tribale locale.Il nous donne de l'eau et Philip se repose dans l'ombre.Il se sentait trop faible pour continuer à faire du vélo, alors il a pris un taxi pour Aswan et est allé à l'hôpital.J'ai fait du vélo pour Assouan à midi chaud et j'ai lutté dur.J'ai bu 4 litres sur 60 km, puis je suis allé chercher Philip à l'hôpital.Malheureusement, la police est venue à l'hôpital, trop inquiète pour les touristes.Personne ne s'occupe de Philip, et la seule chose que la police veut, c'est que je signe un document disant qu'ils se comportent bien.J'ai emmené Philip dans un hôtel pour me reposer.On a marqué sa position sur le GPS pour qu'il puisse prendre un taxi et continuer.L'intoxication alimentaire prend 2 - 3 jours pour se rétablir, et nous allons dans les régions éloignées du Sahara.Les jours de repos sont impossibles car le corps et l'esprit sont fermés.Les jours à venir sont durs.

Le 32e jour était le pire que j'ai jamais eu à faire du vélo.Philip a décidé de se gratter le matin.Il se sentait mieux, mais après avoir été torturé le lendemain, il a décidé de traverser le Sahara.Je suis allé seul au Sahara.Après la pénurie d'eau et la déshydratation, j'ai accepté l'eau du Nil d'une tribu.J'ai vite eu des problèmes d'estomac et j'ai enduré de lourdes souffrances tout l'après - midi dans un désert impitoyable.Après 230 km, j'ai été arrêté par la police à un poste de contrôle.Je voulais continuer à monter jusqu'à Arkin, à la frontière soudanaise, mais ils m'ont demandé de rester et de camper au poste de contrôle.Il n'y avait pas de nourriture là - Bas, je n'avais rien mangé de la journée, ils criaient, et les émetteurs radio étaient allumés.Il est impossible de dormir.Quand je peux aller aux toilettes, quelqu'un me suit toujours.Quand j'ai marché 2 mètres dans l'autre direction, quelqu'un a crié "Stop".En fait, je me sens comme un prisonnier.À 100 kilomètres du Soudan, j'ai hâte de franchir cette frontière.

 

 

Cape to Cape - Journal de Jonas deichman - jour 32

 


Le 33ème jour, quand j'ai voulu partir à 4h du matin, mes accompagnateurs n'étaient pas là et ils ne m'ont pas laissé monter seul.Après une heure de négociations, je suis enfin parti.250 mètres plus tard, j'ai été arrêté à un poste de contrôle militaire.Différentes juridictions ne me laissent pas continuer.30 minutes pour d'autres négociations, et je peux continuer.Un vent arrière fort m'a poussé jusqu'à la frontière et j'a i vu une longue file de Soudanais attendre au soleil.La frontière est fermée et personne ne sait quoi que ce soit.À 11 heures, la frontière a été ouverte et une tempête a frappé le Soudan.C'est la frontière la plus corrompue que j'ai jamais vue.Les autorités égyptiennes ont demandé aux gens d'attendre que vous payiez pour sceller votre passeport.Il n'y avait plus d'eau, et après 90 minutes d'attente, j'ai finalement atteint le Soudan, complètement déshydraté.C'est un monde complètement différent.Tout le monde m'a accueilli dans leur pays et m'a assuré que ce n'était pas comme l'Égypte.J'ai été invité à déjeuner et à prendre du thé, pas à me corrompre.Je suis entré dans le désert sur un sentier qui traversait une partie éloignée du Sahara, à près de 1000 km de la ville suivante.Il n'y a pas de magasins ou quoi que ce soit à des centaines de kilomètres, et la chaleur du désert réduit mon approvisionnement en eau trop rapidement.La nuit, j'a i vu un camp sur le côté de la route et j'ai demandé de l'eau.Ce sont des mineurs d'or qui m'ont invité à rester.Nous dormons sur des lits dans le désert et mangeons une partie de la nourriture.J'ai encore faim, mais je sais que c'est tout ce qu'ils peuvent se permettre.Il n'y avait plus d'eau embouteillée et j'ai recommencé à boire de l'eau du Nil.

Les mineurs préparaient encore leur petit déjeuner dans l'obscurité.Thé et biscuits secs, mais leur hospitalité est incroyable.J'ai avancé jusqu'à midi quand le vent a soudainement changé et a soufflé à pleine vitesse de l'avant.C'est comme si j'avais marché 12 km dans un four contre un sèche - cheveux.Ça m'a vidé d'énergie en quelques minutes et j'ai réalisé que je pourrais être dans une situation grave.On m'a dit qu'il y avait un petit café devant et que j'avais épuisé mon énergie finale.Je me suis complètement évanoui, j'ai passé deux heures par terre à me reposer et à attendre que le vent se calme.J'ai eu des problèmes d'estomac très douloureux et je n'ai rien mangé, mais je me suis rapidement étendu en poussant la nuit hors de ce désert sahraoui éloigné.Malgré ma douleur, le voyage de la nuit était incroyable.La pleine lune et le désert sont enfin calmes.Quelques heures plus tard, je suis arrivé à un poste de police et ils m'ont invité à dormir sous les étoiles.L'invitation n'est pas du style de la police égyptienne, c'est juste un geste amical que j'accepte volontiers.Après 190 km hier, la ligne d'arrivée était de 260 km.Après ce que j'ai ressenti à midi, j'ai été surpris.

 

 

Cape to Cape - Journal de Jonas deichman - jour 34

 


Le 35e jour, je suis parti avant le lever du soleil et j'ai ressenti une autre douleur.Je n'ai pas mangé depuis trois jours et je suis encore trop dépendant de l'eau du Nil.J'a i trouvé un petit magasin qui vend des biscuits pour le petit déjeuner, mais au moins je peux stocker de l'eau embouteillée.J'ai résisté au vent, mais j'ai senti un manque d'énergie et peu de progrès.Heureusement, la route est maintenant un peu plus proche du Nil et il y a des magasins, bien qu'ils ne vendent pas de nourriture appropriée pour les cyclistes.À midi, j'a i été complètement soufflé par le vent et la chaleur et j'ai dormi dans un restaurant.J'ai continué quand il est devenu un peu froid et j'ai lutté à nouveau lourdement.Au coucher du soleil, je suis venu dans un petit village avec un hôtel.En montant les escaliers, j'ai été surpris de voir un russe à la recherche d'or dans le désert, à la tête d'un projet agricole.On est sortis dîner ensemble et il m'a montré un restaurant avec un délicieux poulet, un changement bienvenu.

Le 36e jour, je me sentais mieux et je suis sorti dans le noir.Au lever du soleil, les vents commencent à s'accélérer et à former rapidement de forts vents contraires.Le sable a été soufflé par le vent dans la rue, dans mes yeux, mes oreilles, mon nez, partout.Après avoir parcouru 95 km / h à une vitesse moyenne de 18 km / h, je me suis arrêté pour un coca et quelques biscuits.L'après - midi, j'a i continué à rouler à la même vitesse lente et je me suis arrêté dans un petit village au coucher du soleil.La police m'a invité à dîner, le restaurateur m'a donné un lit et j'ai heureusement accepté.Seulement 180 km, maintenant en retard.Il est temps de quitter le Sahara et d'accélérer.

 

 

Cape to Cape - Journal de Jonas deichman - jour 36

 


Le 37e jour, je me suis réveillée devant l'horloge parce qu'une tempête de sable avait frappé ce restaurant, qui n'était qu'un hangar.Le sable est partout.Après la tempête de sable, il a commencé à pleuvoir.Juste quelques minutes, mais les habitants sont heureux de courir partout, et c'est un grand cadeau pour eux.Au lever du soleil, je suis parti contre le vent.J'ai vite compris que la situation changeait.Entourée de quelques arbres et buissons, puis des premières fermes.Je suis presque au bout du Sahara.Je me sens beaucoup mieux aujourd'hui, mais je suis encore faible à cause du manque de nourriture ces derniers jours.J'ai perdu quelques kilos et mon maillot est déjà dans le vent.Le soir, je suis entré dans la capitale, Khartoum.Jusqu'à présent, il n'y avait presque pas de voitures au Soudan, et maintenant c'est le chaos.J'ai passé 90 minutes en ville jusqu'à ce que je trouve un hôtel décent avec un restaurant indien où j'ai mangé trois assiettes.J'ai quitté le désert et je vais accélérer.

J'ai quitté Khartoum au lever du soleil le 38e jour.Après tant de temps dans le désert, c'est bon de voir les rues achalandées.Après avoir mangé à Khartoum, je me suis senti fort.La route longe le Nil bleu à travers les terres agricoles, avec des fruits, des boissons et des restaurants le long de la route.Il fait aussi beaucoup plus frais que l'autre jour.Je m'arrête juste pour un petit déjeuner ou je fais du vélo toute la journée.Après 275 km, j'ai trouvé un village et un hôtel.C'est à 4 km de la route principale, mais sur une terrible route de terre.Quand je suis entré à l'hôtel, il n'y avait qu'une seule chambre avec environ 50 lits.Heureusement, il y a un deuxième hôtel, mais le porteur de la clé a disparu.Une demi - heure plus tard, je suis entré dans la chambre.C'est mieux que mes dernières nuits, mais pas d'eau.

 

 

Cape to Cape - Journal de Jonas deichman - jour 38

 


Le 39e jour, la sortie du village a été difficile.La route était si boueuse que j'ai dû la pousser.Il m'a fallu une heure pour faire 4 km pour accélérer.Le paysage est en train de changer avec l'apparition des collines et des villages de bergers qui vivent dans de petites maisons rondes.Dans l'après - midi, j'a I pris un petit chemin vers la frontière éthiopienne.La route était en mauvais état et j'ai couru dans les nids de poule.Ça me ralentit et je n'arrive à dehoka que la nuit.Malheureusement, mon message était erroné d'avoir un hôtel et j'a i dormi dans un restaurant.Il faisait si chaud que les gens du coin ont dit que je pouvais à peine dormir.

Je pars au lever du soleil.La route a empiré et j'ai parcouru 18 km.Je suis arrivé à la frontière à midi, avec une longue procédure bureaucratique devant moi.Presque trois heures plus tard, j'étais dans un autre monde.Il y a des gens partout, et les enfants me poursuivent.Tout le monde était amical, mais 20 km plus tard, un groupe d'enfants m'a jeté leurs tongs, c'était absolument hostile.On m'a averti que tous les cyclistes que je connais détestent l'Éthiopie à cause des enfants qui jettent des pierres et des jeunes qui essaient de te tirer du vélo.Nous verrons les jours à venir.Après seulement 120 km, je me suis arrêté dans un hôtel.J'ai encore une heure de soleil, mais je suis dans une zone où il y a un conflit violent.Il vaut mieux ne pas s'aventurer dans l'obscurité, mais commencer tôt.

 

 

Cape to Cape - Journal de Jonas deichman - jour 40

 


Le 41ème jour, je me suis réveillée avec une intoxication alimentaire et je me suis sentie très douloureuse.Quand je suis monté sur mon vélo, j'ai remarqué que ma manivelle était desserrée.Un des roulements est cassé et je dois remplacer le support inférieur.Heureusement, j'ai pris une roue de secours et j'ai demandé de l'aide à un mécanicien.Les enfants là - Bas ne savent pas vraiment comment faire, mais ils ont les outils de base et je leur enseigne.J'étais un peu inquiète quand ils l'ont martelé, mais ça a marché.À 9 h, j'ai finalement fait mon premier vélo.L'armée, la police et l'armée privée sont partout, donc je suis content de ne pas être monté à cheval la nuit.J'ai grimpé toute la journée jusqu'à 2 200 mètres.Le soir, je me sentais mieux, mais j'étais encore malade et j'étais heureux quand j'a i finalement trouvé un hôtel.

Je me sentais mieux le 42e jour et je suis parti au lever du soleil.La route continue de monter et de descendre dans un beau paysage montagneux.Maintenant, il y a des enfants partout, ils me poursuivent et me tirent dessus pour de l'argent.Certains m'ont jeté des pierres, d'autres ont essayé de me frapper avec un bâton ou de me bloquer la route.Ils courent aussi très vite et ont du mal à s'échapper en montant.On m'a prévenu, mais je ne m'attendais pas à ce que ce soit si mal.Dans l'après - midi, un groupe d'enfants m'a jeté de grandes pierres sur la route.Ils l'ont raté, mais ces pierres vont sûrement t'emmener à l'hôpital.Curieusement, les adultes sont bons, les enfants seuls et certains jeunes sont agressifs.J'ai réussi à passer la journée sans subir de dégâts majeurs et j'ai trouvé un hôtel au coucher du soleil.D'autres voyageurs m'ont dit que cela ne s'arrêterait qu'à mon arrivée au Kenya, donc ne vous attendez pas aux prochains jours.

 

 

Cape to Cape - Journal de Jonas deichman - jour 43

 


Le 43e jour, je me suis réveillée et je me suis sentie très mal à l'aise, mais j'ai fait du vélo au lever du soleil.J'a i immédiatement commencé une longue montée de 2600 mètres.Les gens sont très amicaux, ils me saluent, y compris les enfants.Je me sens épuisée et je grimpe lentement.Il est difficile de trouver quelque chose à manger sur mon vélo, et je suis en manque de calories depuis l'Egypte.L'après - midi, l'escalade s'est poursuivie, mais les enfants continuent d'attaquer et de lancer des pierres.Quand je suis arrivé dans une petite ville, Felege Birhan, des enfants sont venus de toutes les directions, criant pour de l'argent.J'avais besoin de m'arrêter pour acheter de l'eau, mais le magasin avait cinq fois plus d'eau qu'elle ne valait, et les premiers enfants essayaient déjà d'ouvrir mon sac.Je suis parti rapidement et je me suis arrêté à 100 mètres, et le résultat est resté le même.J'en ai assez et j'ai quitté le village avec soif.Je roulais dans le noir et j'ai failli tomber sur un âne qui traversait la route.Heureusement, j'ai vite trouvé l'hôtel et ils avaient même des spaghettis au menu.

Jour 44 King stage.Je me suis enfin débarrassé de l'intoxication alimentaire et j'ai retrouvé mes forces.Après 20 kilomètres de route plate, 22 kilomètres de descente dans la vallée du Nil bleu.En bas, il y a des singes qui jouent, avec une vue spectaculaire sur le canyon.Bien sûr, dans l'une des ascensions les plus difficiles en Afrique, l'autre côté de la route monte également.Le trottoir était mauvais et la montée était raide, mais la vue sur le canyon était spectaculaire.Deux heures plus tard, j'ai atteint le Sommet de la montagne à 2700 mètres d'altitude et je me suis arrêté pour manger des spaghettis.Dans l'après - midi, la route monte et descend sur le beau plateau.Les gens étaient si amicaux qu'ils ne m'ont fait signe que deux fois en jetant des pierres.Le dernier jour, je suis entré dans un village et j'a i trouvé un hôtel bon marché pour la nuit.3 euros, mais pas d'eau courante.

 

 

Cape to Cape - Journal de Jonas deichman - jour 44

 


Le 45e jour, je suis parti au lever du soleil et j'ai roulé le long du plateau dans le brouillard matinal.Soudain, une grande pierre a été jetée derrière la clôture.Je l'ai évité à la dernière seconde, mais j'ai failli m'effondrer.Depuis, les gens sont amicaux toute la journée.À midi, je suis descendu à Addis abbaba, la capitale éthiopienne, et j'ai traversé la ville dans des embouteillages sans fin.D'autre part, la route a été presque complètement brisée sur 100 km, avec 30 km de travaux routiers.Très lentement, et je suis heureux que mon vélo ait survécu.Le soir, le paysage change.J'ai fait de l'équitation dans les montagnes et maintenant une vue sur les prairies s'ouvre.Les jours à venir seront plus rapides.

Le 46e jour, j'ai commencé au lever du soleil et je suis arrivé une heure plus tard.Il y a des manifestations partout et personne ne peut expliquer pourquoi.J'ai traversé tout le chemin, mais dans la banlieue de la Ville, la route était bloquée par des pneus de voiture et des pierres.Il y avait de la fumée et des centaines de personnes se sont précipitées vers moi.J'a I fait un tour dans un salon pour aller à l'hôtel suivant.Je ne peux pas quitter l'hôtel toute la journée.Tout est fermé en ville.Il y avait des barricades dans la rue, et des voyous couraient dans la rue avec des bâtons et des pierres.Apparemment, un militant politique de la région a été arrêté par la police, ce qui a déclenché des manifestations dans toute la région.D'autres ont dit qu'il n'était pas en détention, mais qu'il s'agissait simplement d'actes de violence.L'activité du soir est toujours en cours et je suis heureux d'être à l'hôtel fermé.Les émeutiers sont devenus violents et désireux de détruire des choses, tandis que les troupes d'Adis Ababa sont arrivées pour tenter de résoudre la situation.Il n'y a pas d'autre itinéraire pour moi, et j'ai 400 km dans la région.Je ne sais pas ce qui va se passer demain, ni si je peux faire du vélo.

 

 

Cape to Cape - Journal de Jonas deichman - jour 46

 


Quand je me suis réveillée le 47e jour, les choses semblaient s'être calmées et le propriétaire de l'hôtel m'a dit que je pouvais y aller.50 km plus tard, je suis arrivé à Sha Sha Sha Ma et la ville était fermée.Des pneus de camion en feu, des barrières faites de roches et d'arbres, une présence militaire lourde et des voyous avec des bâtons partout.Tous les magasins et restaurants sont fermés et j'ai du mal à trouver un endroit sûr.Au Centre, un groupe de voyous est devenu agressif et leur attention s'est rapidement tournée vers moi.Heureusement, des gens du coin m'ont encerclé et m'ont emmené dans un restaurant avec une porte d'entrée qui m'a rapidement laissé entrer.Une heure plus tard, j'ai eu l'occasion de partir et j'ai roulé.Après 30 km, j'ai rencontré 70 km de gravier en raison de la construction de routes.Les enfants n'arrêtaient pas de me jeter des pierres et de m'insulter.Ils appellent tous "Chine" ou "Alibaba", et il est clair qui est la puissance économique de la région.Après 200 km, j'a i trouvé un hôtel juste après la tombée de la nuit.C'est bien, mais j'ai encore raté mon objectif quotidien.Attendez - vous au Kenya et à des conditions plus favorables.


Le 48ème jour, je suis descendu avant le lever du soleil et j'a i immédiatement heurté un très mauvais chemin de gravier.J'ai grimpé près de 50 km, principalement sur la route, et j'ai marché très lentement.Le paysage a encore changé et je suis entré dans la forêt tropicale et le grand bananier.Dans l'après - midi, la route se transforme en route Asphalt ée lisse qui monte et descend sur les collines ondulantes.Il y a moins de gens, ils sont très amicaux.J'ai marché dans le noir jusqu'à ce que je trouve un petit Hôtel minable.Je peux arriver au Kenya demain.

 

 

Cape to Cape - Journal de Jonas deichman - jour 48

 


Le 49e jour, je suis parti sans nourriture.Une heure plus tard, je suis arrivé à un carrefour où j'ai reçu du pain et du thé pour le petit déjeuner.Je suis maintenant dans le Sud peu peuplé de l'Éthiopie, loin de la prochaine ville.Il y a des militaires et des particuliers avec des mitrailleuses partout.Les zones frontalières et la ville de moyer ont connu des conflits tribaux violents au fil des ans.Cependant, tout le monde était très amical et se sentait en sécurité.J'a I fait des progrès rapides le matin jusqu'à ce que le côté est de la route devienne un vent fort.Je suis arrivé à moyer au coucher du soleil pour visiter la partie kenyane de la ville.J'étais responsable de mon plan parce que plusieurs habitants m'ont averti qu'il y avait eu une fusillade du côté kenyan et ont décidé de traverser la frontière le matin.

Le 50e jour est essentiellement mon résumé de la journée.Il y a eu un léger retard à la frontière parce que l'agent de l'immigration voulait d'abord finir le petit déjeuner, mais ensuite je suis monté sur l'aire de trafic à grande vitesse du Kenya.Fort vent de travers à 248 km, c'est un plaisir d'être au Kenya.J'ai fini dans le noir après que plusieurs habitants m'aient dit que c'était sûr.Le bruit en Afrique était excitant jusqu'à ce que j'arrive à un poste de police et qu'on me demande si j'avais une arme pour me protéger.Apparemment, il y a des hyènes et des éléphants.Le bruit africain et les yeux dans l'obscurité ont changé.